Et si nous nous étions trompés depuis des années à vouloir figer le pied, le rigidifier avec des chaussures traditionnelles qui ne laissent aucune liberté à nos pieds ?

Contrôle anti pronation par là, système anti-torsion par ci, maintient du pied maximisé et amorti maximaliste… On est prêt à nous vendre toutes les technologies les plus farfelues pour rendre notre pied encore plus faignant et assisté. Cependant, ne pratiquons-nous pas tous la course à PIED ? Il semblerait que le mot soit dans l’intitulé même du sport en question.

Le pied est, en effet, le premier contact entre le coureur et l’élément. De l’absorption de l’énergie du sol lors de la prise d’appui en début de mouvement, à son renvoi en fin de mouvement, il est le moteur de la foulée. Il peut changer de forme ; l’arche interne peut s’aplatir ou se creuser, et ce instantanément en fonction du terrain et de l’appui que l’on produit ! L’avant-pied peut même se mobiliser indépendamment de l’arrière pied comme on peut le constater dans cette vidéo (cf. Vidéo – http://bit.ly/1H9hEKg ). Autant de mouvements que le coureur peut posséder dans sa palette de technique de course et dont il serait dommage de se priver afin d’être plus efficient. Or les chaussures traditionnelles verrouillent ces degrés de liberté pour tendre vers une conception de « bloc pied ».

Bon nombre d’entraîneurs prescrivent à leurs athlètes de gros programmes de PPG (gainage, musculation des membres inférieures…) dans l’optique de conserver une bonne posture à l’effort et de limiter la déperdition d’énergie. C’est effectivement nécessaire si en premier lieu le pied est fonctionnel, dynamique et peut transmettre cette énergie au reste du corps afin que ce dernier lui renvoi, et ainsi s’en va le cycle de la foulée. Dans le cas contraire d’un manque de proprioception, le pied est mou à l’impact, la foulée perd en efficacité, le coureur s’affaisse, compense, se fatigue vite et sollicite d’avantage ses membres inférieurs pour tendre vers une course à jambe ! Le pied se doit d’être gainé et musclé au même titre qu’une sangle abdominale, qu’une paire de quadriceps et ce même prioritairement dans notre sport. Revenons à l’essentiel et courons avec nos pieds

Alors que faire et dans quel ordre ?

Résultat de recherche d'images pour "fred brigaud corriger le pieds"

  • marcher pied nus le plus possible (chez vous et même quelques petits déplacements extérieurs pour commencer)

 

  • Eviter les chaussures maximalistes qui limitent le champ des possibles de nos pieds et optez pour des chaussures qui privilégient une foulée naturelle dans vos déplacements quotidiens en premier lieu (interface neutre, structure flexible, faible drop, large toe box…). Vous pourrez ensuite randonner et trottiner avec pour sentir vos pieds travailler. Ces chaussures protégeront vos pieds des impacts ponctuels au sol tout en leur laissant leur liberté de mouvement.

 

  • Travailler en statique puis en dynamique en suivant plusieurs exercices pour basculer sur une foulée avant pied => ‘’Guide de la foulée avec prise d’appui avant-pied’’ nouvelle édition oct 2016 (255p format poche).

 

 

  • Prendre conscience des 3 mouvements essentiels du pied (cheville : flexion/extension ; sous talienne : inversion/éversion ; Interligne Articulaire de Torsion : mobilisation de l’avant pied indépendamment de l’arrière pied) en effectuant des exercices et en comprenant davantage le fonctionnement du pied => ‘’Corriger le pied sans semelle’’

 

 

  • Inclure step by step des footing et courtes sorties en vous focalisant sur votre prise d’appui, votre posture et votre cadence (proche 180ppm). Oubliez la vitesse !

 

  • Courir ensuite au jour le jour, en chaussure qui respectent votre biomécanique du pied et du corps.

 

Pour aller plus loin :

Télécharger gratuitement ‘’ Gainage de la cheville chaussures et prévention des entorses’’ http://bit.ly/276FCQa

Laisser un commentaire